Méditations

Vous trouverez ici quelques méditations de notre pasteure Anne Petit.

Mois de mai 2023

 En ce temps de vacances de printemps, peut-être avez-vous changé d’air. Peut-être avez-vous délaissé quelques jours vos journaux pleins de nouvelles inquiétantes, votre quotidien et ses difficultés de transports depuis des mois maintenant. Peut-être n’en avez-vous pas l’occasion.
Dans les deux cas, je vous propose de profiter de ce temps de repos pour méditer pour les uns ; pour faire une pause pour les autres.
Tournons donc le dos quelques minutes à l’actualité pour rejoindre l’apôtre Paul dans sa prison, à Philippes (Actes 16, 22-38). Et rejoignons le gardien de cette prison. Il doit penser que ses deux prisonniers sont bien extraordinaires. Ils prient et chantent. Prier, d’accord, mais chanter ? Il est vrai que Luther disait que chanter, c’est prier deux fois.  Paul et Silas sont impuissants et le savent. Alors, ils se confient à Dieu dans la prière et dans le chant. Nous sommes impuissants face aux violences du monde. Mais se confier à Dieu dans la prière et le chant, même au plus fort de l’angoisse, donne de grandes forces et permet de reprendre espoir.

La suite du récit montrera comment le gardien devient croyant grâce à Paul et Silas qui préfèrent rester en prison pour ne pas lui valoir des ennuis plutôt que de profiter du tremblement de terre qui les a libérés, mais ce serait un autre sujet de méditation.

Chanter au Seigneur est un appui, une grâce, un privilège. Il y a des chants pour toutes les occasions mais paradoxalement, ce sont les chants de louange et de délivrance qui apportent le plus de réconfort dans les moments d’épreuve. On peut chanter seul ou en groupe. L’épreuve peut être personnelle ou générale. Le résultat est le même. Chanter mobilise notre corps en plus de notre esprit et notre cœur. Toute notre personne est mobilisée. Le souffle qui manque parfois littéralement tant l’angoisse nous serre nous revient, par la force des choses. Et l’angoisse s’atténue. Cela, c’est vrai pour toutes les formes de chants. Mais ce que donnent les cantiques va bien au-delà. Quand je chante la grandeur de Dieu, sa bonté, quand je choisis des cantiques de délivrance, d’amour, cela ne change par l’épreuve que je vis mais cela change la manière dont je la vis. Se souvenir de tout ce que Dieu a déjà fait me rend l’espoir pour mon avenir, me donne des forces pour traverser l’épreuve.

Prier est indispensable à la vie de foi. La prière permet de garder la relation avec Dieu. J’avertis toujours les couples qui préparent leur mariage : parlez-vous, prenez le temps de dialoguer, surtout si vous pensez que votre emploi du temps est trop chargé. C’est la même chose avec Dieu. Si on ne lui parle pas, on s’éloigne de lui. Or, parler à Dieu, c’est prier.
Chanter des cantiques, chanter au Seigneur est une aide précieuse non pas pour garder le contact, mais pour rester positifs et remplis d’espérance même au cœur de l’épreuve.
« Louez le Seigneur car il est bon, car sa miséricorde dure à toujours » (psaume 136)

 

Pasteure Anne Petit

Contact

    Contact